La Picassiette #2 : Terre des oublis de Thu Huong Duong

Terre des Oublis, c’est un des premiers romans pour adultes que j’ai lu en dehors de mes études. Parfait pour prendre mon thé en solo pour un nouveau numéro de La Picassiette.

Ce roman, je ne lui ai pas laissé la place qu’il aurait dû avoir dans ma vie, tout comme je ne pense pas qu’il m’aurait autant touché à 18 ans. Ce roman, c’est vraiment une question de sensibilité et de patience. L’écriture peut rebuter (pour diverses raisons pour lesquelles je ne suis pas forcément d’accord).
Ce n’est peut-être pas son meilleur roman mais qu’en sais-je pour le moment ? Ca parle de la condition féminine, il paraît. Il a reçu le prix des Lectrices de Elle à l’époque, je crois. La bouilloire vient de s’arrêter, il est temps de verser son thé.

Lire la Suite →

Lumière sur… Les Aventuriers de la mer

De loin pour le moment l’histoire de Robin Hobb la moins équilibrée et la mieux écrite à mes yeux, malgré des faiblesses sur la fin. L’influence du monde de Fitz arrive par petite touche pour que celui de Terrilville et des Rivages Maudits s’y développent d’autant plus. Après un premier tome d’exposition relativement contemplatif et frustrant, les tomes 2 et 3 nous emportent rapidement dans plusieurs aventures qui trouvent leur accomplissement dans une bataille aussi vibrante que celle de Pirates des Caraïbes 3, mais avec des navires qui parlent et des dragons des mers. La classe.

Pour info, j’ai lu le premier tiers du tome 1 VO en français puis tout en anglais jusqu’aux deux tiers du tome 2 VO. Les passages avec les dragons sont vraiment difficiles à comprendre contrairement au reste.

Titre VO : The Liveship Traders Trilogy
Titre VF : Les Aventuriers de la mer
Auteur : Robin Hobb

Nombre de tomes VO : 3
Nombre de tomes VF : 9 premiers tomes poche // bientôt des intégrales

Éditions numériques choisies : Harper Voyager
Éditions papier utilisées : Harper Voyager Re-issue
Nombre de pages total indiqué VO : 2070 pages

Lire la Suite →

Shakti de Stefan Platteau

Avec Shakti, l’auteur a pris un tournant dans sa narration et nous offre un texte aux multiples rebondissements, beaucoup d’angoisse et un rythme soutenu sans rien perdre de ses qualités de langue ou d’approfondissement de l’univers. Après m’être rongé les sangs pour les personnages quasiment pendant la moitié du roman, je pensais que le récit de Shakti nous apaiserait. Que nenni, on peut dire qu’elle a eu une vie hors du commun et très mouvementée.

Shakti signe le retour du Sentier des Astres avec brio et nous fait découvrir les personnages tout comme l’auteur sous un jour nouveau, avec une intrigue qui prend immédiatement la suite du tome 1 mais sur un propos qui confine davantage à l’enquête, aux batailles et au chamanisme.

Titre : Shakti, Le Sentier des Astres
Auteur : Stefan Platteau
Nombre de pages indiqué : 345
Tomaison : 1.5/3

Lire la Suite →

Lumière sur… La Passe-Miroir de Christelle Dabos

La Passe-Miroir fait partie de ces romans qui m’ont donné envie dès sa sortie et qui m’ont également fait peur. Des critiques dithyrambiques, des chroniqueurs ou booktubeurs qui le vendent et sur-vendent, ça met beaucoup de pression avant même d’avoir ouvert le livre. C’est parce que j’ai eu l’occasion de le lire ne numérique que j’ai fini par lâcher la bride de la méfiance. Ce fut dans l’ensemble une excellente surprise

Christelle Dabos sait changer de registre sans problème en gardant toujours son identité. On sent que cette histoire lui tient à coeur et qu’elle l’écrit avec tout son amour. Quand on lit un roman de La Passe-Miroir, on se trouve tiraillé entre des sentiments contraires : d’un côté : la rêverie, la poésie, le calme et la quiétude ; de l’autre côté : le danger, la cruauté, la peur, l’aventure, la colère.

Ce qui est important à retenir côté plume, c’est que cette auteure ne s’adresse pas à un lectorat jeunesse, mais à qui souhaite lire son livre. Une ambiance de conte cruel règne dans sa série, comme de charme innocent. Gallimard semble l’avoir compris, car le roman poche se retrouve publié chez Folio pour adultes et non Folio jeunesse.

Titre de la série : La Passe-Miroir
Auteur : Christelle Dabos

Nombre de tomes (en cours) : 2/4

Lire la Suite →

La Picassiette #1 : Là où les tigres sont chez eux de Jean-Marie Blas de Roblès

Là où les tigres sont chez eux est un roman qui cartonne en librairie, même dans les milieux dits défavorisés. Pourquoi ? Jean-Marie Blas de Roblès va au-delà de la condition de ses personnages issus des milieux universitaires ou pauvres. Il a écrit un roman initiatique universel divertissant, passionné, passionnant, philosophique, agréable à lire et à la portée de tous.

Vous avez prévu un dîner avec des convives au profil très éclectique ? L’un adore les romans d’Umberto Eco, l’autre est gaga d’Indiana Jones depuis son enfance, mais tous sont capables d’aimer des histoires qui déraillent de leur schéma d’origine ? La Picassiette vous propose de préparer votre soirée post-dinatoire dès l’entrée avec un roman détonnant : Là où les tigres sont chez eux de Jean-Marie Blas de Roblès.
Préparons ensemble le menu de ce soir pour mettre tout le monde dans de bonnes dispositions !

Lire la Suite →

Pourquoi j’aime Jane Eyre & pas Lucy Snowe

Que l’on soit d’accord : je ne rejette pas du tout le roman Villette. Bien au contraire, Villette est une mine d’or, un texte révolutionnaire, une voix profonde qui s’élève face à l’éducation et la société -pas que victoriennes- et qui dit ce qu’il pense. On est dans un monde rude où l’héroïne n’en veut jamais à la vie et qui avance de façon déterminée pour survivre. L’écriture y est mieux maîtrisée, les portraits psychologiques sont bien détaillés et l’introduction du gothique est bien mieux amenée.

Lire la Suite →

Pourquoi j’aime Charlotte & pas Emily

Charlotte ou Emily Brontë, c’est comme dire qu’on aime la bolognaise et pas le pesto, qu’on aime Ghibli et pas Disney, bref c’est une question de goût qui fait toujours débat. Y en a qui vont aimer les deux, mais les deux sœurs Brontë ont un style et une façon de penser tellement différents que je ne peux pas adhérer à l’une sans déprécier l’autre.

Vous l’aurez compris, je préfère Charlotte à sa cadette. Après avoir lu un roman de chaque et avoir commencé Villette et Shirley, je pense pouvoir faire pencher la balance sans souci du côté de l’aînée des trois sœurs écrivaines. Mon but n’est pas de diminuer une sœur par rapport à l’autre, mais d’expliquer pourquoi je fais partie des déçues d’Emily Brontë.

Chaque sœur a vécu les différents drames familiaux de façon différente et leur a créé des personnalités propres à leur statut dans la société ou dans leur famille. Sans le sou mais issu d’une famille qui aime la littérature, elles ont souvent participé à des entre frère et sœurs pour stimuler leur amour de l’écriture. Vouloir les confronter, c’est comme vouloir comparer Hugo à Dickens. De loin ça se ressemble, de près on sent bien deux gros caractères qui s’expriment différemment. On n’aura plus de goût pour l’un ou pour l’autre selon notre propre passé (de lecteur).

Lire la Suite →