Makoto Shinkai n’est pas Hayao Miyazaki

Your Name de Makoto Shinkai

ou l’exploit de l’adaptation d’une poésie élégiaque

La découverte de Makoto Shinkai au cinéma en 2016 a été une claque monumentale. Le film est entré dans ma vie à un moment où beaucoup de choses avaient changé pour moi. C’est un dimanche soir, sous une pluie battante d’été, dans un cinéma dont je n’avais pas vu les salles depuis la fin de la fac que j’ai été voir Your Name. Je ne m’attendais absolument pas à ce que j’y ai vécu. Autant le dire tout de suite : je déteste les comédies romantiques, film ou téléfilm, françaises ou internationales. Par contre, j’ai toujours été sensible à la patte artistique des japonais et notamment dans ce qu’on appelle la culture populaire.

Juste avant la séance, on nous diffuse de la jpop, la salle est quasi comble mais ce sont surtout des couples proche de la trentaine qui viennent. Je checke vite fait sur mon téléphone, et je vois beaucoup d’accroches type « le nouveau Miyazaki ». D’ailleurs, c’est le même slogan qu’on nous sert durant les bandes annonces. Puis vient le film et dès les premières minutes, on oublie cette comparaison.

Makoto Shinkai n’est pas Hayao Miyazaki. C’est désolant de voir que pour faire venir les japonophiles -notamment le public qui (a) regarde/é des animés, ils se sentent obligés de faire ce genre de promotion. D’autant que c’est un film qui peut plaire à d’autres types de spectateurs. Le film va bien plus loin que ces clivages. Il raconte une vie normale traversée par des événements paranormaux entourés de mystères, d’émotions et de poésie légère et piquant direct au cœur.

Pour le nouvel an, je me suis refait une projection privée de Your Name grâce à la sortie DVD. Maintenant que j’ai plus de distance émotionnelle avec le film, je me sens prête à vous en parler.

Une esthétique qui correspond à la jeunesse d’aujourd’hui

Même si j’adore le travail d’Hayao Miyazaki, et du reste du Studio Ghibli, Makoto Shinkai n’a rien à voir avec lui. Ils ont des éléments communs : des protagonistes adolescents, une confrontation entre tradition et modernité, un soin particulier à représenter les paysages et les villes, des histoires qui au premier abord sont banales mais prennent une dimension épique… Mais la comparaison s’arrête là.

Makoto Shinkai est un artiste de l’instant, du présent et du drame. Miyazaki est davantage un conteur qui utilise son expérience de la vie pour représenter le monde sous différents angles de vue. Alors avec Miyazaki on est dans une contemplation distante et épique, Shinkai place plutôt ses personnages a cœur d’un événement qui va changer le cours de leur vie. Miyazaki va de la vision individualiste vers le collectif pour faire ouvrir les yeux des gens sur des sujets tabous, marquants ou importants pour ses personnages. Shinkai part de deux sentiments individuels qui veulent fusionner en un seul.

En bref, Miyazaki tient davantage de la poésie lyrique et épique, à la façon d’un Victor Hugo, tandis que Shinkai tient plus d’un Larmartine avec sa poésie élégiaque. Et  le pari qu’arrive à remporter Shinkai, c’est d’avoir un traitement estampiller « émotif » ou « adolescent » et à le rendre profondément universel et puissant.
Il y arrive grâce au ton donné à l’histoire. Le caractère des deux adolescents, la composition des morceaux ou encore la façon de peindre les lumières donnent un côté extrêmement léger à un sujet qui aurait pu verser directement dans le drame dès le début. Le film Your Name dégage énormément de bienveillance sur tous les plans : les personnages entre eux, les personnages avec nous, le réalisateur avec ses personnages, lui avec nous. Ce film vous transmet une énergie puissante et vous redonne la patate sans verser dans le mélodrame. Toujours dans le juste ton.

Poésie du Double Je

Comment est-il possible avoir réussi cet exploit ? Your Name n’est pas le premier film de Makoto Shinkai, mais son premier long métrage de 1h45, ça oui. Il s’est d’abord illustrer dans des courts métrages de 25 à 45 minutes… qui vous prenne aux tripes Shinkai est un professionnel de la parole ramassée. En peu de mots, peu d’imageset peu de regards, il est capable de poser des ambiances aussi bien dans des endroits quotidiens d’une grande banalité que dans l’espace.

Outre la façon dont il traite le sujet amoureux, il y a aussi la façon dont il travaille les personnages. Dans la poésie élégiaque, on n’entend toujours une seule voix plaintive. Dans Your Name, comme dans les autres films de Shinkai, ce sont deux cœurs qui souffrent et qui se parlent sans s’entendre.
Artiste complet, Shinkai va jusqu’à créer des guides de voix pour que les seiyuu sachent comment doubler les personnages comme il les a imaginés. Et pour Your Name, Ryunosuke Kamiki (seiyuu de Taki) et Mone Kamishiraishi (seiyuu de Mitsuha) s’en sont totalement imprégnés parce qu’ils trouvaient que la voix de Shinkai était bluffante.

Bien plus que deux cœurs amoureux, Makoto Shinkai nous a invité dans Your Name à découvrir l’intérieur de son propre cœur. Sa vision est tellement ouverte sur le monde qu’elle nous touche et nous enveloppe.

 

 

Et vous ? L’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Avez-vu d’autres films de lui ? Lequel me conseillez-vous en premier ?

 

Crédits : Your Name est oeuvre qui appartient à son ou ses artistes d'origine. Les images ne pourraient être utilisées autrement que pour la motion du film.
Image trouvée sur Otakumode.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s