Pour faire un roman bon et simple avec Jessie Burton

Les Filles au lion de Jessie Burton

ou quand il suffit de quelques lignes pour partir loin

En ce moment, c’est un peu le désert de lectures. Ce n’est plus moi qui fait un pas vers le livre, c’est le livre qui doit me séduire. Avec Jessie Burton, on ne se pose pas ces questions. La libraire m’avait promis un dépaysement total, pari gagné.

Ce roman ne révolutionne pas le genre, il ne gagnera pas le prochain Nobel. Il est écrit avec sincérité avec un dénuement qui nous touche dès les premières lignes et un sujet qui nous fait sortir du quotidien. Commencer son roman par une scène dans une boutique de chaussures, ça vous pose tout de suite un décor auquel on ne s’attend pas. Les mots évoquent tout de suite une ambiance qui se compose petit à petit : l’odeur du caoutchouc, l’odeur des pieds transpirants, la corne sur le tapis, un petit accent british et une cubaine qui travaille dedans. Sauf qu’elle est particulière : elle est douée et poétesse. Sa vie bascule quand elle est acceptée comme secrétaire dans une galerie d’art et que sa meilleure amie se marie. Le tableau des Filles au lion va se mettre sur son chemin.

On pourrait croire qu’on va avoir droit à une enquête classique sur le passé du tableau. Mais Jessie Burton réussit à nous surprendre par sa simplicité. Elle n’est pas là pour raconter l’histoire d’un tableau mais du destin de 2 femmes : l’une poétesse et l’autre peintre à plusieurs années de distance. L’une est cubaine et vit en Angleterre dans les années 1970, l’autre est anglaise et vit en Espagne peu avant les guerres franquistes. Prenez un siège, un thé et laissez-vous porter par le récit. C’est comme si le narrateur vous racontait une histoire. Les mots sont choisis avec soin pour donner une tonalité au récit, sans pour autant que ça alourdisse le texte.

Simple et fluide. Je n’ai pas vu les pages défiler, je l’ai fini en une journée. Durant ma lecture, j’ai eu l’impression de flirter avec les limites du monde réel. Comme si les personnages vivaient dans un monde réaliste parallèle. On est entre le conte et le récit biographique. La fin apporte son lot de fantastique et colore un peu plus le texte, mais n’était pas nécessaire. On sent la passion de l’auteure quand elle écrit sur l’art et sur le destin de femmes qui se posent des questions de leur époque. On se sent proches d’elle.

On est loin des récits complexes, Jessie Burton nous propose simplement de nous poser quelques heures pour découvrir une patte, un univers qui va nous transporter ailleurs en quelques mots.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :