Lumière sur… Les Aventuriers de la mer

De loin pour le moment l’histoire de Robin Hobb la moins équilibrée et la mieux écrite à mes yeux, malgré des faiblesses sur la fin. L’influence du monde de Fitz arrive par petite touche pour que celui de Terrilville et des Rivages Maudits s’y développent d’autant plus. Après un premier tome d’exposition relativement contemplatif et frustrant, les tomes 2 et 3 nous emportent rapidement dans plusieurs aventures qui trouvent leur accomplissement dans une bataille aussi vibrante que celle de Pirates des Caraïbes 3, mais avec des navires qui parlent et des dragons des mers. La classe.

Pour info, j’ai lu le premier tiers du tome 1 VO en français puis tout en anglais jusqu’aux deux tiers du tome 2 VO. Les passages avec les dragons sont vraiment difficiles à comprendre contrairement au reste.

Titre VO : The Liveship Traders Trilogy
Titre VF : Les Aventuriers de la mer
Auteur : Robin Hobb

Nombre de tomes VO : 3
Nombre de tomes VF : 9 premiers tomes poche // bientôt des intégrales

Éditions numériques choisies : Harper Voyager
Éditions papier utilisées : Harper Voyager Re-issue
Nombre de pages total indiqué VO : 2070 pages

Ressenti de lecture

Le tome 1

Comment dire ? Déjà : J’adore. Mais je crois que Robin Hobb n’a rien à envier à George Martin niveau cruauté avec ses personnages. Kyle est infâme, mais pourtant on comprend sa logique. Sa manière de faire est très… préhistorique. La famille est complètement déchirée, y a des personnages qu’on a envie de claquer parce qu’ils se réveillent quand c’est pu le moment et qu’ils vont mettre le bazar (Wintrow, c’est de toi que je parle). D’autres on va finir par avoir de l’empathie pour eux, parce que derrière y a quand même pire (du genre Althéa VS Malta).
Ce qui est magique, c’est qu’ils ont tous des raisons valables d’être et de revendiquer ce qu’ils sont, mais encore une fois on voit que l’individualisme à l’extrême pose problème.
J’ai apprécié la symbolique autour d’Althea et de Brashen qui s’égrène au fur et à mesure du roman. Ils ont des vies construites en miroir et j’ai vraiment hâte de voir leurs prochaines rencontres.
J’ai été très méchamment spoilée sur Vivacia en lisant la quatrième de couverture du tome 3. Ne faites surtout pas ça, haha. Je me souviens que Lycoris m’en avait déjà parlé, du temps où elle avait lu la série… mais j’avais réussi à oublier depuis ! Pour Malta, je sais déjà comment va se finir son histoire… parce que j’ai eu l’idée saugrenue de lire un tiers de The Dragon Keeper.
Du coup, mes seules intrigues non totalement spoilées sont celles de Amber/Paragon et de Wintrow/Kennit. Et je fais tout pour éviter qu’on me gâche mon plaisir !

Côté rythmique, c’est plus vivant mais toujours aussi poussé au niveau de la psychologie. On remercie Mrs Hobb d’avoir choisi un autre genre de narration, malheureusement (et sans avoir lu la quatrième de couverture du tome 2) je savais déjà quel allait être le dénouement du tome 1. On embrasse trop de personnages à la fois et on voit arriver de loin les gros nœuds de l’intrigue. Reste Hiémain qui est le roi pour faire n’importe quoi. Il est soit très passif, soit trop excité !

On est dans un tome très porté sur les humains. Les rares passages avec les dragons restent très abscons jusqu’à la fin. Mais comme d’habitude, on sait qu’avec l’auteure le dragon est une récompense qui se mérite. J’espère néanmoins ne pas attendre le tome 3 pour en découvrir un peu plus sur eux. Il y a quelques indices déjà distillés sur des enfants de femmes de Traders frappés d’une malédiction à la naissance. Les familles des Rain Wild rivers ont toujours leur visage voilés, on sen que quelque chose d’étrange se trame dans la génétique. J’ai hâte d’y être.

Le tome 2

Après coup, le tome 2 me laisse peu de souvenirs. Le début est dans le même genre que le tome 1 : lent à se mettre en place. Je retiens surtout un Hiémain qui s’émancipe un peu à partir du milieu du tome 2, mais qui prendra son envol qu’à la fin du tome 3 de façon accélérée.

L’ascension de Kennit est impressionnante et on finit presque par s’attacher à lui. Dans ce tome 2, il est le personnage le plus mystérieux et pourtant le plus complexe.

Côté Terrilville, c’est le calme avant la grosse tempête développée dans le tome 3. Le personnage qui émerge de tout ça, c’est Malta. Elle devient de moins en moins la petite file orgueilleuse -juste une jeune femme orgueilleuse. Elle apprend vite quand ils ‘agit de s’en sortir et on finit par partager certaines de ses émotions. Elle finit par s’imposer au retour d’Althéa en ville et de se faire accepter lors d’une grande réunion pour remettre à flot Parangon.

Le tome 3

Quand on arrive à ce moment de l’histoire, on se dit que finalement, Les Aventuriers de la mer c’est un peu l’histoire de prophètes qui se sont trompé de candidats. Et que Merlin devrait ouvrir une école pour former ces prophètes en carton-pâte. Tellement de malheurs et de désespoir auraient pu être évité si tout s’était bien passé. Plus on avance dans le roman, et plus les coups de théâtre font avancer l’histoire mais pas du tout le sens qu’on voudrait. C’est un genre de course d’obstacles avec des haies qui seraient de plus en plus hautes.

Contrairement aux deux autres tomes, j’ai lu celui-ci rapidement. A peine trois semaines quand les autres ont duré plusieurs mois. Deux ans pour finir cette saga. Ce tome est très bien construit au niveau de la rythmique et donne à chaque personnage son moment de gloire. En cela, c’est très équilibré et ça met en jeu toutes les forces contraires pour les plaquer au même niveau sur le tableau. Ca s’emballe vite, les situations deviennent étonnantes, bref que du bon cru. Néanmoins, je ne regrette pas le sort de certains personnages. Comme Kennit. D’ailleurs, dans ce tome, l’auteure fait un gros focus sur lui mais aussi sur Parangon. C’est l’occasion de faire avancer l’histoire du côté des dragons et des Anciens.

Passons aux déceptions : je trouve la fin trop précipitée, Althéa mal exploitée surtout vers la fin et la mort de Kyle… n’en parlons que très rapidement. L’auteure ne savait plus quoi en faire après s’être remis le personnage dans les pattes. Il aurait dû décrépir dans sa grotte. Sa femme m’a déçue dans son développement. Heureusement que Ronica, sa mère, est là pour remettre à flot la maison Vestrit quand le pillage et la guerre ravage le port de Terrilville.

Pour le reste, je vous laisse découvrir par vous-même. Sinon ça deviendrait spoiler.

En très bref

Ca reste malgré tout une belle aventure que je recommanderai surtout à ceux qui veulent tenter le style Hobb avant de se lancer dans l’histoire de Fitz. On arrive mieux à respirer entre les chapitres parce qu’on change d’endroit ou de personnage. Le monde colle davantage au nôtre tout en nous instillant de la magie.

Note :

Aller plus loin ?

Pour avoir des résumés de chaque tome dans le découpage VF, je vous invite à suivre la lecture commune hobbesque de trois blogueuses : Acr0, Olya et Eirylis.

4 commentaires sur “Lumière sur… Les Aventuriers de la mer

  1. Il ne me reste plus que le dernier tiers à découvrir (le dernier tome VF) 🙂 J’ai beaucoup aimé l’assassin royal, mais Les aventuriers de la mer est un cran au-dessus pour moi. Ah, ces 4e de couvertures spoilantes, c’est très agaçant ! Elle ne donnent pas envie, elles résument. J’ai aimé leur forme chorale, les personnalités féminines, les intrigues, et tous ces détails tellement bien imbriqués.

    J'aime

    1. Oui, ça rend le cycle beaucoup plus dynamique que L’Assassin Royal ! Mais cette fin, ça me reste encore en travers O_O

      J'aime

  2. Alors que L’assassin royal ne me fait pas tellement envie pour le moment, je suis très intriguée par cette saga. Et puis, les couvertures des intégrales françaises m’ont décidé à les découvrir *-* Ça sera ma première lecture de cet auteur, j’espère ne pas être déçue. Mais vu ton avis, je pense apprécier tout autant.

    J'aime

    1. Tout dépend des caractères et de son état d’esprit du moment, mais pour avoir lu les deux, oui je te conseille ce cycle pour commencer x) Hâte de voir ton avis (non non, je ne mets pas la pression !)

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :