Je lis en VO, et vous ? #2 : les classiques

shelley_frankenstein

Recommander des classiques est toujours un sujet épineux. On doit prendre en compte que tous les lecteurs ne sont pas égaux face à la compréhension d’une époque passée et on doit faire face à l’appréhension des plus réticents qui ont peur de tomber dans une lecture forcée juste pour briller en société. Cette idée n’est valable que si vous ne faites que débiter des brochettes d’avis durant vos brunchs. L’intérêt du classique est de vous apporter une corde supplémentaire à votre arc pour décoder votre propre époque. Pourquoi telle chose fonctionne ainsi, alors que ce serait tellement plus simple comme cela ? Comment en est-on arrivé à ceci ou cela ?

Comme l’histoire naturelle et la biologie, histoire et la littérature sont constituée de strates référentielles qui ont amené petit à petit des évolutions dans un sens ou dans un autre. Lire un classique n’est pas évident pou tout le monde, pire, vu souvent comme une perte de temps. Pourtant, la lecture elle-même est perçue de plus en plus comme un grignotage du temps des loisirs. C’est pourtant un moment réservé à l’abandon du monde extérieur, à introspection, au retour vers soi et aux questionnements… qu’on lise un roman bourgeois ou un roman de gare.

Alors si lire permet de faire une pause dans notre vie, pourquoi ne pas essayer de voir ce que d’autres ont dit avant nous ? Cette question est encore plus épineuse quand on la couple à la question de la lecture en langue originale. Cela demande du temps et beaucoup d’attention au début. Il suffit d’y aller tout doucement.

***

Sommaire de la chronique :

***

Pourquoi en lire ?

Étant donné que l’école a pu vous donner une mauvaise image de la littérature classique -ou tout simplement des récits qui sont plus vieux que votre âge, lire un classique doit être une démarche personnelle. Les éléments qui peuvent vous mettre sur la voie sont : la curiosité, la découverte ou l’envie d’apprendre une autre culture et son histoire.

Les classiques ont beau influencé notre vision du monde actuel comme celle d’une époque bien précise. En effet, ce sont des textes qui ont été sélectionnés par une élite parce qu’elle rassemblait deux choses fondamentales, le fond (les sujets traités) et la forme (le style), pour que ces textes deviennent des représentations de leurs époques, de l’histoire. Outre le fait de pouvoir briller lors de vos dîners mondains de blogueurs, vous aurez une sensibilité sur votre monde actuel et celui à venir.

L’autre atout de la lecture des classiques d’un genre donné, c’est que vous découvrirez des parcours de lecture à partir de romans plus modestes qui vous avaient attirés au premier abord. Peu importe si vous en lisez certains en anglais, d’autres en français, selon votre niveau de compréhension, le but est vraiment d’élargir votre champ et de voir comment certains romans peuvent avoir des rapports les uns avec les autres.

Exemples :

  • Twilight de Meyer => Wurthering Heights de Brontë => les romans des soeurs Brontë
  • Entretien avec un vampire de Rice => Dracula de Stocker et/ou Carmilla de Le Fanu => les romans gothiques d’Ann Radcliffe
  • Tout roman de dystopie jeunesse => The Giver de Lowis et/ou A Brave New World de Huxley => les romans d’anticipation de Philip K. Dick
  • Romance historique => Jane Eyre de Brontë et/ou Emma de Jane Austen => Gone with the Wind de Mitchell
  • Romance érotique => Pamela de Richardson et/ou Roxana de Dofoe => Lolita de Nabokov
  • Les Heures de Cunningham => Mrs Dalloway de Woolf => les portraits de femmes de Tracy Chevalier
  • Le Hobbit de Tolkien => The Lord of the Rings de Tolkien et/ou The Mists of Avalon de Bradley Zimmer => les cycles mythologiques de Holdstock
  • etc.

Lire des classiques ne vous enfermera pas dans ce genre, mais vous donnera des pistes pour lire d’autres romans plus modernes ou contemporains de l’époque. Vous sentirez toute l’évolution d’un genre ! De plus, les références textuels ou structurels de Patrick Rothfuss n’auront plus de secret pour vous (Don Quichotte), vous lirez sans souci et rirez sous cape avec le premier tome des Sorcières de Pratchett (Shakespeare) et peut-être pourrez-vous spoiler vos amis ? (ah non pardon, Maurice Druon est français ;D).

De la bonne rencontre

Attention, si vous n’êtes pas un habitué de la lecture de ce type de récits, vous ne ressentirez peut-être pas de plaisir immédiat. Certains livres vous paraîtront trop difficile dès le premier abord en anglais : ne baissez pas les bras, consultez la traduction française pour vous aider.
Vous pouvez très bien commencer le texte en français et le terminer en langue originale. Le plus dur est de s’approprier le contexte initial et bien discerner les personnages principaux. Allez-y doucement, à votre rythme, inventez-vous des challenges à plusieurs ou proposez des lectures communes où chacun donne son avis partie par partie.

Choisissez un roman qui vous fait envie, peu importe la raison. Par exemple, je sors d’études littéraires donc quand j’ai lu l’incipit de Jane Eyre, moi j’ai vu :

Oh mon dieu, dès la première, y a des allitérations et des assonances. Purée c’est tellement beau cette première phrase, si sèche et si énigmatique. Comment tu sens le vent des landes là. Bon ok, quand on lit la suite, l’écriture est terriblement romantique. Mais purée, regarde-moi le choix des mots et le regard acérée de l’auteur sur la vie. Ça c’est une bonne femme ; élégante, mais elle dit ce qu’elle pense.

Mais…, quand on m’a forcée à lire mon premier Calvino en italien, c’était plus :

Maman, au secours, je ne comprends rien. C’est un texte pour les mômes et je dois chercher 5 mots sur deux lignes. Ah, voilà un passage facile… mais là y a un mot qui me bloque tout le sens. J’en ai marre, pourquoi on n’a pas droit à des romans plus simples. C’est pas un vrai roman jeunesse ça, c’est une fable d’adulte sur l’enfance, c’est pas possible.

Bien sûr, quand on commence à lire en VO, c’est surtout pour évaluer son niveau de compréhension et pour se confronter aux éléments de l’histoire, mais lire des classiques en langue originale c’est aussi découvrir très vite à l’amour ou non d’une langue. Donc il est très important de choisir consciencieusement celle dans laquelle vous souhaitez lire votre texte.

Extrait du texte VO

Une question de prix

Attention, contrairement aux éditions françaises, les classiques (tous genres compris) ne sont pas forcément les moins coûteux. Néanmoins, ils resteront toujours plus abordables que bon nombre de romans jeunesses ou de briques de littérature de l’imaginaire.

Pour les lecteurs anglais, Penguin propose une collection très low-cost de classiques à découvrir : le papier est recyclé, rugueux et jaunâtre, les couvertures sont bicolores et impersonnelles mais les prix sont vraiment très attractifs. Les lecteurs italiens trouveront un pendant chez Bompiani, où les couvertures font très… parascolaires.
Pour les possesseurs de liseuse, vous pouvez toujours télécharger gratuitement les récits tombés dans le domaine public. Si vous souhaitez une édition avec des notes et une présentation, les ebooks sont toujours moins chers que les livres papiers, quelque soit la langue que vous visez.

***

***

Mes conseils sur la littérature classique anglo-américaine

Pour des raisons de clarté et de longueur, je ne vais aborder ici que des récits, écrits entre le 19ème et le début du XXème siècle. (On reparlera des références relevant de l’imaginaire dans un autre article.) Pourquoi ces textes ? Ils sont intéressants pour plusieurs raisons :

  • les thématiques sont encore assez proches de nos interrogations du XXIème siècle pour ne pas avoir de barrière culturelle trop importante.
  • les romans d’aujourd’hui s’en inspirent encore, donc il y a matière à tracer des concordances dans vos lectures.
  • les romans se trouvent facilement dans le commerce.

Pour vous faciliter la tache, je vous propose le tout sous forme de paliers. J’ai lu tous les livres que je vous cite, donc si vous avez des questions particulières sur l’un d’entre eux, n’hésitez pas à glisser un mot en commentaire. Il est donc aussi possible que mes recommandations vous paraissent peu fournies ou qu’il y ait des oublis. Dans ce cas, n’hésitez pas à passer à la section suivante, avec la sélection Penguin Classics.

Si vous êtes tout nouveau

Bundle classique VO "mode basique"

Alice in Wonderland / Through the Looking-GlassThe Turn of the ScrewDr Jeckyll and Mr Hyde

Des textes très courts qui vous permettent une entrée progressive dans différents genres : la jeunesse, le comique, le psychologique et le fantastique. L’intérêt d’Alice est que le récit se fait en deux temps : le premier est très axé jeunesse et aura beaucoup de références à des comptines. Je vous conseille pour lui une édition avec notes pour ne pas vous sentir perdu. La deuxième partie est très adulte dans son traitement et met plus mal à l’aise. Vu les pendants de Lewis Carroll, vous revisiterez un mythe de l’enfance avec des yeux d’adulte.
Après ça, vous pourrez enchaîner avec les deux autres textes de la liste. Ils s’apparentent à la fois aux genres fantastique et psychologique tout en y ajoutant un contexte qui lui est propre. Le roman de Henry James est écrit sur une famille anglaise bourgeoise de la fin du XIXème – début du XXème siècle, qui tire ses origines du roman social ou de société. Celui de Robert Louis Stevenson est très proche du roman policier et d’épouvante. Vous serez plus ou moins sensible à leur écriture, parce qu’ils utilisent des codes qui peut-être sont maintenant désuets pour vous, mais qui faisaient partie des bases de l’époque.

Si vous êtes un petit habitué

North and SouthThe House of MirthDraculaJane Eyre

Selon votre niveau de compréhension et votre possibilité d’implication, vous aurez plus ou moins d’affinités avec l’un des quatre romans. Néanmoins, l’ordre dans lequel je vous les cite est, il me semble, le plus judicieux pour les lire.
Le roman de Gaskell est plus une romance historique qu’une critique sociale et politique de l’époque. L’écriture romantique y est accessible, contrairement à la plume de Charlotte Brontë qui est très travaillée et qui porte un jugement très fort sur son monde et ses personnages. Le récit de Wharton est plus contemporain que les autres, avec une écriture plus légère et moins ampoulée. Pourtant, on y lit une critique de la société aristocratique américaine envers le statut des femmes, donc pas une lecture si légère que ça. Enfin, le très-connu de Stocker est peut-être attrayant mais est travaillé sur un genre maintenant très désuet de nos jours : le récit épistolaire. C’est à savoir avant de vous lancer dedans !

Si pour vous, la littérature classique est votre dada

Bundle classiques VO "bon niveau"

The Portrait of a LadySense and SensibilityThe MoonstoneLittle Dorrit

La langue dans ce roman d’Henry James est vraiment fluide et on ne se perd pas dans la densité psychologique et thématique de l’auteur. Un roman américain sur une femme forte, dans une société d’hommes, écrit par un jeune homme. Vous remarquerez que les écrivains américains sont plus ouverts sur la question des femmes. Pour une première approche de Jane Austen, je vous déconseille fortement Pride and Prejudice. Préférez Sense and Sensibility, ou à la rigueur Emma, car la plume de l’auteure qui apparaît au premier abord accessible est très travaillée, cinglante et ironique derrière ses atours de bonne dame de la société. Ensuite, viennent deux mastodontes du XIXème siècle : Collins et Dickens. Le premier est vraiment axé sur des intrigues policières, mais attention ses romans sont fournis et alternant différents points de vue, comme une déposition dé témoins. Le deuxième écrivain est son plus grand rival, qui s’est aussi essayé dans le genre à suspense, mais attention chaque chapitre est un prétexte à créer un tableau de société.

Si vous avez atteint le Nirvana de la compréhension et du flegme anglais

Moby DickMiddlemarchShirleyOrlando

Je range dans cette catégorie 4 romans que j’ai adorés, mais que je n’ai jamais pu finir en entier. J’avais presque fini le roman de Melville, quand les catalogues de baleine a fini par m’assommer. Je le reprendrai très certainement bientôt. George Eliot construit des univers très dense et très engagé. Malheureusement, elle veut tellement en dire que le lecteur contemporain peut perdre le fil ou sentir l’ennui pointer le bout de son nez. Middlemarch, je le reprendrai en français, j’ai abandonné l’idée de le finir en anglais et pourtant je le comprends. Shirley, ô Shirley, la première fois que j’ai essayé de lire ce roman de Charlotte Brontë, je me suis demandée si c’était bien la même auteure. Une critique sociale acérée, mais un style romantique lourd. Enfin, le summum de tout : Virginia Woolf est à aborder avec parcimonie. Orlando est très complexe.

Les idées à piocher chez la « Penguin English Library » collection

En 2012, le département Penguin Classics décide de lancer une collection unique : 100 des meilleurs romans et nouvelles classiques sont réédités dans un format poche plus grand et avec des couvertures aussi hautes en couleurs qu’au toucher de pêche. Des livre-objets qui ont fait fureur et qui ont eu droit, le temps d’une année et demie à leur propre site pour annoncer les parutions. Maintenant, vous pouvez les retrouver ici les brochés et là les ouvrages reliés.

La liste est très longue et je suis consciente que sans conseil, on peut ne pas s’y retrouver. Pour ne pas alourdir cet article, je vous propose d’ouvrir le spoiler en-dessous de ce paragraphe pour avoir accès à une liste précise de conseils établie par niveau de compréhension de lecture, issue de cette collection.

La « Penguin english library » conseillée :
  • Classique niveau 1 – notions d’anglais et textes courts

Alice, Through the Looking-Glass / Gulliver / Tom Sawyer

Oui ce sont des textes jeunesses, mais non ils ne sont pas infantilisants. Pourquoi ? Parce qu’on ne prend pas les enfants pour des idiots. Ce sauteurs ont écrit pour des enfants, mais n’ont pas adapté leur propos. De ce fait, ces textes qui paraissent au premier abord pas faits pour un adulte traitent pourtant de thématiques qui concernent les deux âges et un ton qui se veut universel. On ne prend pas les enfants par la main -sauf cas exceptionnel, mais le but est bien d’enrichir le jeune lecteur et le parent qui le lisent.
Le style est amplement accessibles, mais les idées véhiculées vont faire travailler vos cellules grises et vous montrer qu’une même idée peut être perçue différemment par un adulte et un enfant, alors même que la phrase est la même. C’est ce qu’il y a de plus magique en littérature.

N.B. : Through the Looking-Glass comporte moins de comptines qu’Alice.

The Turn of the Screw / Dr Jeckyll and Mr Hyde / Frankenstein
Ce sont des textes accessibles à du niveau lycée LV1 renforcée. Ils sont relativement courts, utilise le fantastique pour faire réfléchir sur la nature humaine et utilise un niveau de langue correct. Peut-être que Frankenstein vous barbera plus que les autres à cause d’un narrateur trop romantique.

Persuasion
Le roman le plus court de Jane Austen que la plupart des éditeurs recommande pour commencer l’auteur. Le livre a le bénéfice de ne pas utiliser l’approche fantastique et de rendre le lecteur plus proche du personnage, si celui-ci est friand de littérature blanche.

N.B. : on peut ajouter ici Oliver Twist et Peter Pan. Ils sont des passerelles entre les niveaux 1 et 2.
.

  • Classique niveau 2 – bonne compréhension, vocabulaire restreint

Sherlock Holmes / The House of Mirth
Mon premier est une série de nouvelles ou de courts romans. Vous aurez tout le loisir d’apprendre à connaître les personnages et de découvrir un vocabulaire propre aux romans policier. Mon second est un beau roman, très court aussi, écrit par une femme sur une femme dans la société aristocratique américaine émergente. Mon tout ressemble deux plumes d’auteur fluides.

North and South / Jane Eyre / Wurthering Heights / Emma
… et tout autre roman se rapportant à une héroïne issue de la bourgeoisie qui essaie de vivre sa vie comme elle l’entend. Ce genre d’histoire nous touche facilement. Les plumes sont belles et sans lourdeur. Vous apprenez à apprécier la poésie de la langue anglaise dans ces ouvrages au ton à la fois romantique et ironique. Emma me semble le texte le plus abordable à ce niveau de difficulté : tout y est trop grossi pour qu’on ne voit pas le caractère imbu de l’héroïne et la profonde ironie de l’auteure dans chaque situation.

Dracula / David Copperfield / The War of the Worlds
Ces œuvres n’ont pas trop de rapport entre elles, si ce n’est qu’elles sont les premières références auxquelles on peut penser en nommant leur thématique. Je ne les ai rassemblées uniquement que par leur difficulté à les appréhender. Dracula est un roman épistolaire aux ressorts dramatiques qui peuvent tomber à plat de nos jours, car on jour davantage sur l’horreur que sur l’angoisse dans le mythe du vampire. David Copperfield est un genre d’Oliver Twist mais extrêmement long. Il demande une endurance que tous les lecteurs n’ont pas. The War of the Worlds, par sa petitesse, est très mesquin. La langue de l’auteur est -trop- synthétique.
.

  • Classique niveau 3 – compréhension fluide de l’anglais, vocabulaire étendu

Jane Austen
Selon plusieurs éditeurs, seuls quelques textes de Jane Austen sont abordables durant l’apprentissage de la langue. Et pour cause, vous risquez à vous focaliser sur son vocabulaire précieux à ne pas voir toute l’ironie que l’auteure met dans ses romans. J’ai eu ce souci-là avec ma première tentative, Sense and Sensibility, et il m’aura fallu lire deux romans d’elle pour m’habituer à sa plume , à ses ambiances et à ses idées avant de pouvoir lire en anglais directement.

Henry James
J’ai une grosse préférence pour The Portrait of a Lady, qui est le plus abordable de ses textes d’après la préface de mon édition. Que dire à part « ça sent bon la modernité et l’indépendance des femmes » ? Ses héroïnes sont fortes malgré l’adversité, mais n’en sont pour autant pas toujours vertueuses et c’est ça que j’aime chez lui. Il rompt radicalement avec le reste de la littérature.

Shakespeare
Mettre cet auteur si hait dans le niveau de compréhension peut paraître fou. Après tout, Molière nous est donné à lire très tôt dans notre cursus scolaire. Néanmoins, l’école est là pour vous donner à tout prix une connaissance la plus étendue possible de la pluriculture dans laquelle vous vivez. L’apprentissage de la langue est considéré comme acquis en arrivant en 5e, où on commence à apprendre les nuances de discours, de registres et de genres.
Ici, je ne prétends pas vous donner les clés pour comprendre Shakespeare. C’est un travail de longue haleine d’apprentissage de la langue et de discernement que vous ressentirez par vous-même à force de lire, écouter et parler anglais. Il est donc normal qu’un auteur aussi ancien que Shakespeare arrive si tard dans votre parcours.
De plus, dans le cas de Molière, on l’utilise parce que le théâtre est le lieu de l’immédiat et de l’oralité : deux variables qui sont censées être directement liées au jeune élève qui a sommeillé en nous. Le théâtre n’est pourtant plus une façon de lire courante ou fluide depuis le XIXème siècle avec l’avènement du roman, et encore plus avec le XXème qui s’est amusé à le déconstruire. Le théâtre utilise des codes que nous nous devons de nous réapproprier chaque fois que nous commençons une pièce qui n’est pas faite pour être lue, mais jouée ! Lire du théâtre est donc un choix mûri et volontaire de la personne qui apprend une langue et une culture dont il n’est pas natif.
Enfin, Shakespeare utilise une langue anglaise que vous aurez du mal à reconnaître. Raison de plus pour avoir de bonnes bases avant de vous lancer dedans.

Tess d’Urbervilles / The Scarlett Letter / The Monk / Melmoth the Wanderer
Ces quatre romans peuvent être lus ensemble, car ils s’attaquent chacun à leur manière à la morale chrétienne et à la notion de péché dans une société puritaine qui vole en éclat. Les deux premiers sont indéniablement par leur sujet, mais aussi par leur style sec où on sent pointer le naturalisme. The Scarlet Letter peut néanmoins être couplé à The Monk pour mieux sentir la différence de ton et de regard entre deux époques et deux endroits différents. Enfin, Melmoth the Wanderer, référence dans le fantastique donne une vue plus globale de tous les thèmes abordés par les trois autres, mais touche en plus au roman gothique par sa façon systématique de couper les récits enchâssés que le narrateur lit.

Dickens / Collins / Thackeray
La majorité des œuvres de ces trois romanciers vous est maintenant accessible et peut être lues en cycle, chacun se répondant plus ou moins sur un roman que l’un ou l’autre a fait paraître. Avec ces auteurs, on touche au roman de mœurs complexe où le suspense est la clé de l’avancée dans votre lecture. Attendez-vous néanmoins à un niveau de langue aussi élevé que de Tolstoï (riche mais très fluide) ou de Victor Hugo (très érudit, mais une langue magnifique).
.

  • Classique niveau 4 – jeux ardus avec la littérature et la langue

Ce niveau est une vision très empirique. Vous pouvez ne pas être d’accord avec mes choix.

Middlemarch / Bleack House / Dombey and Son / Shirley
Tous les quatre apparaissent comme abordables, une fois que la lecture des classiques vous apparaîtra comme habituelle. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt. Vous avez beaucoup de jeux avec la langue, le style mais aussi avec les idées revendiquées et du coup avec le discours que les auteurs utilise pour ironiser ou revendiquer leurs propos. Middlemarch est à mes yeux le plus fourbe des quatre.

Moby Dick / Tristram Shandy
Alors là, on touche au but ultime de l’auteur : jouer avec les nerfs de son lecteur avec un événement qu’on vous annonce mais qui n’arrivera pas avant la fin. (Tout le contraire de Crime et Châtiment.) A cela, ajoutez des pages d’érudition sur le sujet traité par chacun des romans.

***

***

Aller plus loin ?

Pour vous motiver à lire des classiques, n’hésitez pas à créer des lectures communes, à participer à des challenges VO ou tout simplement à aller flâner en librairie ou bibliothèques. Les grandes surfaces culturelles françaises ont très peu de titres, même pour les séries ou livres contemporains qui font fureur. Voici quelques adresses si vous habitez près de Paris. N’hésitez pas à en rajouter en commentaire si vous habitez ailleurs !

WH Smith
248, rue de Rivoli
75001 Paris
> Horaires d’ouverture :
du lundi au samedi de 9h00 à 19h00
Le dimanche et jours fériés de 12h30 à 19h00.

Shakespeare and Compagny
37 rue de la Bûcherie
75005 Paris, France
> Main Shop:
Everyday, 10am to 11pm
> Antiquarian:
Tuesday to Saturday, 11am to 7pm

The American Library
10, rue du Général Camou 75007 Paris
> Operating hours: Tue-Sat: 10h-19h (Thurs until 22h) | Sun: 13h00-19h00

Gibert Joseph (Paris VI)
26, boulevard Saint Michel
75006 Paris
> Du lundi au samedi 10h00 à 20h00 Fermeture des entrées à 19h50

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :