LC : Kushiel, L’Élue de Jacqueline Carey

Comme toujours, je suis très sensible aux dernières scènes des romans de Kushiel, donc forcément j’en suis sortie avec l’esprit léger. Autre point très positif pour L’Élue, le dépaysement est total et on apprécie pouvoir s’évader de la réalité pour vivre les tourments de la vie de Phèdre avec elle. Pourtant, comme pour le premier tome, il y a parfois des petits ratés. Globalement, c’est toujours un bon roman d’aventures avec son héroïne très particulière, puisqu’elle parvient à être à la fois une anguisette et une héroïne à part entière du Grand Cycle ysandrin. On découvre de nouvelles contrées au gré de l’enquête et la survie de Phèdre. Même si j’ai trouvé des points négatifs durant cette lecture, il faut comprendre que j’ai quand même bien mieux aimé le tome 2.  Je n’ai pas retrouvé ce problème de liants entre les différentes atmosphères, on découvre la famille royale sous un autre et notre rapport à beaucoup de personnages devient plus nuancé.

Cependant, je ne pourrai pas m’empêcher de souligner des choses que d’autres, comme les critiques d’Elbakin, ont déjà relevé. C’est juste une mise en garde, vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenus. Dans l’ensemble, le tome 2 est quand même de meilleure facture que le premier et correspond davantage à la quatrième de couverture quand on lit « espionne », « complots » et « les dieux n’en ont pas fini avec elle ».

Titre : Kushiel, L’Élue
Auteur : Jacqueline Carey
Tomaison : 2/3
Nombre de pages : 824
Édition : Milady

carey2-04

Résumé

… des épisodes précédents.

C’est l’histoire d’une petite fille vendue par ses parents qui deviendra une grande héroïne pour son peuple.
Phèdre, une anguissette, a été éduquée à la Cour des floraisons nocturnes avant d’appartenir à Anafiel Delaunay pour en faire une espionne particulière. Prenant son plaisir dans la souffrance, elle peut intriguer auprès de clients potentiellement dangereux dans le but de renverser un complot visant le trône. La mort de son maître et de son ami Alcuin va faire basculer sa vie et la conduire tout droit dans les toiles de Mélisande Sharizhai. Après avoir jouée avec elle, cette dernière voudra la détruire mentalement en l’envoyant en Skaldie comme esclave avec son Cassilin nommé Joscelin. Leurs aventures en terres du Nord vont les rapprocher, au point que Hyacinthe, ami d’enfance de Phèdre finira par se sacrifier pour se sauver d’un triangle amoureux voué à la souffrance mais aussi pour pour que Phèdre accomplisse sa destinée.
De retour en Terre d’Ange, après la victoire sanglante de l’armée de La Courcel, Phèdre se voit propulsée comtesse de Montrève en héritage de son maître. Joscelin pense pouvoir couler de beaux jours avec sa dame, malgré son serment brisé. C’est alors que nos tourtereaux tourmentés reçoivent un cois suspect : le manteau sangoire de Phèdre, envoyé par Mélisande qui s’est enfui de Troyes-le-Mont.

Le tome 2 reprend in medias res les choses telles qu’elles ont été laissées dans le tome 1. La décision de Phèdre de reprendre le service de Naamah va briser son couple. Ne sachant comment faire pour le sauver, elle préfère noyer le poisson en se disant que c’est à Joscelin de choisir sa voie. Orgueilleuse et prenant du plaisir dans sa souffrance mentale, elle ne peut s’empêcher de jeter de l’eau sur le feu durant son enquête en Terre d’Ange, accompagnée de ses trois chevaliers de la Section Phèdre : Ti-Philippe, Fortun et Rémy. Les intrigues au palais vont les emmener jusque dans les Royaumes unifiés de Caerdicci. De son côté, Joscelin vacille entre Cassiel et la prophétie des Yeshuites…

Mon avis

Je commencerai par un conseil tout simple, et qui peut paraître anodin : si vous ne voulez pas que l’un des twists en milieu de roman tombe à plat, ne vous renseignez pas sur les autres romans de Carey aussi bien pour Kushiel que pour l’autre série qu’elle a écrite. En fait, ne le faites pas avant même d’avoir fini toute la série Kushiel. Internet nous permet beaucoup de choses, mais surtout nous spoile affreusement les synopsis. Les quatrièmes de couverture aussi, surtout quand il s’agit d’une trilogie qui fait suite à celle que l’on lit.

carey2-02

Du fait que l’histoire se passe en Italie et en Grèce la majorité du temps, mon avis en fortement biaisé. Toujours autant d’érudition sur les lieux et les événements mystiques, on approfondit l’ambiguïté des situations avec des mythes qui nous sont connus mais qui sont réactualisés et des apparitions divines qui sont à deux doigts d’être des superstitions. On pourrait presque croire que Phèdre est une envoyée des dieux pour redonner foi dans les croyances de chacun. Même si le passage par l’Hellas (Grèce continentale) et la Kriti accentue ce phénomène, j’ai trouvé cela étrange que Phèdre se voit aussi facilement comme une élue de Kushiel. Attention, pas dit entre la poire et le fromage, tous les dieux qu’elle rencontre mette la main sur elle, c’est ce que lui dira l’Oracle mais c’est ce que nous constatons aussi. Tout cela doit être une préparation au tome 3 et gonfle note servante de Naamah de charisme. En contrepartie, Phèdre ne se pense pas supérieur aux autres. Elle va même vivre des événements qui vont la mettre en face de la réalité de sa personne.
Les événements qui se déroule en Illyrie (pays slaves) m’ont un peu déroutée… Parce qu’ils ressemblent quasiment au passage en Skaldie, à la différence près que Phèdre est dans une situation personnelle et politique différente et que celui qui veut s’en faire son esclave est tout aussi maudit qu’elle.

Et on en vient au problème majeur, à mes yeux, de ce roman. Oui, parce que même si j’ai bien apprécié le roman et que j’ai lu très vite ses premier et dernier tiers, faut pas pousser mémé dans les orties. La structure narrative du livre est la même que le tome 1. Je vous conseille donc fortement de ne pas lire toute la série d’affilé. A certains moments, j’ai eu l’impression que seuls les événements et les lieux changeaient. C’est un peu grossi, mais c’ets l’impression générale que j’ai eue… Je n’en dis pas plus, mais ceux qui liront le roman comprendront sûrement. Pour en rajouter une couche, on a énormément de répétitions du tome 1 dans le premier quart du livre, mais des fois dans le même chapitre. Ça fait beaucoup de radotage.
Point positif dans ce tableau noir, l’intrigue est beaucoup plus complexe que le tome 1 et on observe une belle partie du Cluedo au début, ce qui relance un peu l’intérêt pour la série. Les personnages y gagnent en profondeur et certains finissent par devoir se recentrer sur eux-mêmes pour avancer, au risque de faire bien plus de dégâts qu’il n’en ont déjà faits.

carey2-01

Ce nouveau tome apporte son lot de personnages secondaires qui réapparaitront dans le tome 3. Nous découvrons un peu plus la famille royale et les liens que Phèdre tisse avec elle, mais aussi Severio Stregazza qui baigne dans les intrigues familiales pour obtenir le vote démocratique des castes qui élisent leur doge à La Serenissima. Je ne connais pas assez bien l’histoire des doges de Venise pour savoir si Jacqueline Carey s’est inspirée de l’une des familles pour construire ses personnages, mais vous y collerez facilement un grand nom de famille. Personnellement, j’ai pensé aux Borgia, mais uniquement parce que le doge actuel s’appelle Cesare. J’ai regretté que l’intrigue ne développe pas plus le côté avec Ricciardo. Du coup, son intervention vers la fin du roman arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Dommage parce que le reste est bien amené. Même l’histoire de Phèdre et de Joscelin est bien travaillée : j’avais peur qu’on tombe dans la romance exacerbée, mais en fait on est proche de la réalité avec un couple. Un peu poussé à l’extrême par moment, mais pour une fois qu’on a une relation qui ne se base pas que sur des triangles amoureux… Une petite déception aussi pour Favrielle qu’on voit peu, mais peut-être que le tome 3 nous permettra de découvrir un peu plus le personnage et les mystères de la cour d’Églantine.

La magie s’instaure de plus en plus et on nous explique très clairement que les pouvoirs des D’Angelins sont les pouvoirs de l’érotisme. En Kriti (Crète), la magie y est plus ésotérique parce qu’on est vraiment très éloigné de Terre d’Ange, et que les personnages sont arrivés au bout de tout ce qu’ils pouvaient supporter. L’ambiance, la mise en scène de leur arrivée et les événements, tout est fait pour nous transporter dans un autre cadre, un genre de monde barbare et mystique au bord des terres civilisées.
Le coté fataliste qu’on avait dans le premier tome en est accentué. Les dieux sont partout où Phèdre va et j’ai eu de plus en plus l’impression qu’elle n’était pas si indépendante que ça mais qu’elle était plutôt un jouet des divinités. Et qu’elle en est consciente. Elle m’a parue s’épanouir dans cette idée et du coup, on retrouve beaucoup cette atmosphère spécifique à l’Antiquité et au Moyen-âge où les prophéties avaient encore beaucoup d’influence avec à côté des sceptiques. Sauf que cette fois-ci, les sceptiques sont très éloignés de la réalité. J’ai bien aimé ces retournement de situation, quand après des pages et des pages, on finit nous-mêmes par se demander si la fantasy existe dans ce roman. Oui, elle y est présente, mais de manière très réaliste.

En bref

Un deuxième tome que j’ai beaucoup plus apprécié que le premier, malgré le bémol en milieu de parcours où j’ai vu que la structure narrative était la même que celle du tome 1. On découvre le bassin méditerranéen avec ses intrigues et sa magie et la partie de Cluedo que Phèdre pensait pouvoir gagner facilement se retourne contre elle et va l’amener à réfléchir davantage à ses actes. C’est un roman sur la solitude, l’orgueil et la rédemption. Le rythme est toujours soutenu, les fans de La Marque y trouveront leur compte. La fin du roman nous donne envie tout de suite ne nous plonger dans le tome 3.

Note :

carey2-03

Aller plus loin ?

Vous pouvez suivre l’avancée de la lecture commune, organisée par Amarüel, sur son topic Livraddict. Voici les avis de nos lecteurs :

En dehors de la LC, retrouvez aussi d’autres avis qui résument assez bien les avis généraux qu’on peut avoir sur ce roman :

Les petits plus :

6 commentaires sur “LC : Kushiel, L’Élue de Jacqueline Carey

  1. J’ai beaucoup apprécié ton avis et on se retrouve sur pas mal de choses. Ca ne m’a pas dérangée que ce 2ème tome ait la même structure que le premier, justement car les lieux et intrigues différaient et que les personnages ont évolué.
    Et j’ai hâte de lire la suite même si ce n’est pas pour tout de suite (j’attends la prochaine LC ! ^_^)

    J'aime

    1. J’ai lu les 2 d’affilé du coup, ça m’a un peu barbée quand même « x) Et puis même, j’ai trouvé ça vraiment dommage que l’auteur n’essaie pas de sortir de son schéma.
      Oui, je compte finir le t.3 ce week-end moi, avec le week-end à 1000 🙂 ! Ca se lit vite ses tomes quand même.

      J'aime

  2. Je te rejoins entièrement sur la structure Anassete !
    Les nouveaux personnages sont très agréables à suivre (Kazan !!). Mais je n’ai pas été gênée par les descriptions des religions ou des systèmes politiques de la Serenissima, de Hellas ou de la Kriti …

    Merci beaucoup pour cette chronique, très détaillée (tu décortiques tous les romans de cette façon ?? oO) !
    Et effectivement : quand on a lu la quatrième de couverture de la seconde trilogie, on a le droit à un bon gros spoile des familles … –‘

    J'aime

    1. Et encore, j’ai l’impression d’en avoir peu dit ! Toujours ça avec les séries, j’i peur de faire des redites d’un tome à l’autre et de trop en dire dès le tome 1…
      Oui je les décortique quasiment tous comme ça :p Surtout s’ils m’ont ému en bien ou en mal. Y a que ceux qui sont écrits dans le seul but de divertir que je laisse tranquilles (et là, je peux bloques soit sur les incohérences scénaristiques pures soit sur le message qui ressort du roman) ! Déformation professionnelle : études de lettres, le fait que j’ai voulu être prof depuis longtemps, 3 mémoires au compteur et des études dans l’édition. Donc c’est devenu naturel « x)

      Oui la 4e de couv pour Imriel c’est dommage… Mais bon c’est vrai qu’on peut difficilement résumer l’intrigue en quelques lignes sans faire de spoiler… Enfin nbref, j’hésite entre acheter la suite en numérique et me trimballer les GF super lourds de Bragelonne 😛

      J'aime

  3. A l’inverse de toi, j’ai préféré le tome 1 … pas de beaucoup mais ce problème de construction similaire m’a empêché de m’immerger complètement dans l’intrigue. Je suis toutefois d’accord sur le fait que les complots, l’espionnage etc sont plus présents.
    Je lirai à la suite avec plaisir, surtout je crois pour l’écriture totalement addictive de Jacqueline Carey 😀

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :