Le Crépuscule des elfes de Jean-Louis Fetjaine

Myrddin leur a enfin annoncé : ils devaient échouer.

Pour ce centième billet, je vous invite à découvrir l’univers d’un auteur très connu, celui de Fetjaine -et de ses elfes. Presque dix ans après, j’ai décidé de me replonger dans une saga que j’avais abandonnée après deux chapitres. Grâce au Challenge ABC, je vais pouvoir enfin connaître les aventures d’Uter et de Lliane ! La couverture de Simonetti a grandement aiguillé mon choix (faible matérialiste…).

Une accroche qui dévoile une partie du livre sans rien expliquer, quoi de mieux pour mettre l’eau à la bouche ? D’autant plus que pour quelqu’un qui connaît peu l’histoire d’Uter, on ne ressent pas tout de suite l’ensemble des légendes qui ont nourri ce livre. On entre donc un autre univers qui se révèle à nous petit à petit.

Exceptionnellement, je ferai un court résumé par volume et donnerait un avis pour chacun. Faire un article synthétique risquerait de ne pas montrer ce que j’ai vraiment aimé ou détesté.

Tome 2tome 3

Titre : La Trilogie des Elfes, tome 1 : Le Crépuscule des elfes (ISBN : 9782266183765)
Auteur : Jean-louis Fetjaine

Nombre de pages : 377

Personnages principaux (ordre d’importance) : Lliane, Uter, Tsimmi, Frehïr, Miolnir, Rogor, Till // Blade, Gorlois, Pellehun, Llandon // Russel, Gael.

Résumé

Une guerre risque d’éclater entre nains et elfes si le Grand Conseil n’envoie pas deux ressortissants de chaque peuple aller chercher Gael, un elfe gris qui aurait volé une cotte de mailles et tué le roi nain des Montagnes Noires. Tout le monde tombe d’accord pour que ce soit Lliane, l’épouse du roi des haut-elfes Llandon, qui mène le groupe. Se joignent à elle les futurs personnages principaux : Frehïr, qui est rentré de force durant l’audience du Grand Conseil ; Tsimmi, un nain maître maçon utilisant la magie, et Miolnir, un nain guerrier enjoué ; Uter, le neveu du roi des humains Pellehun, et Rodéric, bon ami d’Uter ; Till le pisteur elfique. Au bout que de quelques chapitres, nous apprenons que les hommes complotent contre les elfes et les nains pour provoquer une guerre plus sanglante que celle des Dix Années. Leurs raisons ? Elles ne sont toujours pas révélées à la fin du volume. D’autres voyageurs s’accrochent au groupe, des pages essentiellement dont Rogor, le neveu du roi nain assassiné fait partie. Il veut tuer l’elfe Gael.

Dès leur départ pour Kab-Bag, Rodéric est tué par un assassin lancé par Gorlois aux trousses du groupe. Un dommage collatéral, mais une erreur que le roi Pellehun ne supportera pas.
L’ambiance continue à se détériorer et les compagnons à tomber une fois dans Kab-Bag. Cela n’empêche pas les survivants de se lier les uns aux autres et de trouver où se cache Gael. Mais pour cela, il va falloir traverser les marais empesté de moustiques et de vase abritant des monstres des eaux.

La suite de ce premier volume nous explique comment Uter et Lliane deviennent les parents de la future Morgane et pourquoi la guerre a éclaté. Tous les nains sont morts sauf Rogor, qui se dévoile enfin dans les marais. Un climat apocalyptique règne dans la cité de Pellehun, qui manipule les moines pour faire oublier les anciennes religions. Son plan suit son cours : les elfes gris et les nains de la Montagne noire se sont entretués. L’éradication des deux peuples est en marche, mais Uter et Lliane devaient échouer dans ce voyage. C’était écrit.

Mon avis

J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman, à tel point que je ne lisais qu’un chapitre par jour. Les ficelles sont trop visibles, les descriptions trop lourdes et pas toujours bien placées (quel est l’intérêt de savoir qu’Uter reluque les seins de Lliane et qu’elle le sait alors qu’ils sont en train de fuir pour sauver leur peau ? Cela casse complètement le rythme de l’action). Le cliché du « les hommes sont les méchants » m’a achevée. J’ai donc commencé à m’intéresser à l’intrigue qu’au moment où la compagnie quitte Kab-Bag. Donc environ la moitié du roman.

Une fois ce cap-là passé, j’ai été aspirée par l’intrigue. L’ambiance est cruelle et oppressante mais toujours dans un univers celtique. Il reste que je trouve le style trop lourd. Fetjaine a fait énormément de recherches sur l’univers pour que le lecteur ne soit jamais perdu et entre dans un monde tel qu’il le voit. Pour quelqu’un qui a l’habitude des romans contemporains, cette intervention est à la fois parasitaire et pédagogique. J’ai béni ses descriptions sur les kobolds et les gobelins parce que j’ai toujours tendance à les confondre, mais les descriptions de Lliane me l’ont juste faite détester. Elle passe pour une femme fatale qui n’a aucune pudeur alors qu’au fond, elle déteste qu’on profite d’elle…
Mise à part ce bémol, l’intrigue est prenante. J’ai lu l’autre moitié du roman en deux jours et c’était toujours difficile de s’arrêter. Fetjaine maintient toujours le suspense et… sait nous détruire. Il a tué Miolnir et Tsimmi quoi !! Deux morts complètement inattendues. J’en ai souffert !

Enfin, les personnages sont vraiment trop nombreux. Je n’ai pas eu le temps de m’apitoyer sur le sort de Rodéric, je ne me souviens même plus de l’elfe page qui s’est fait tuer à Kab-Bag, j’ai oublié le nom du cheval de Llandon… Bref comme la plupart des épopées fantasy, beaucoup de personnages mais peu d’élus à la fin. C’est ce qui, à mon sens, m’a empêchée de vraiment rentrer dans l’intrigue dès le début. Certes le style universitaire m’a bloquée, mais lire la mort de personnages qui ne m’intéressent pas m’a laissé froide. Heureusement, je me suis vite rabattue sur Uter.

En conclusion, malgré un début très difficile, je veux connaître la suite. Fetjaine a réussi à m’étonner alors que je disais que l’histoire du complot était cliché (même si obligatoire) et prévisible. J’ai beaucoup aimé l’entrée en scène du nouveau personnage à la toute fin du roman. Ça nous oblige à continuer tout de suite sur le tome 2 !

Note :

2 commentaires sur “Le Crépuscule des elfes de Jean-Louis Fetjaine

  1. Le début est difficile parce qu'on a beaucoup de choses à assimiler d'un coup, mais plus le groupe se resserre et plus on arrive à rentrer dans l'ambiance et les sentiments des personnages ^^

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :