Médée la magicienne de Valérie Sigward

Premier roman de jeunesse sur Médée que j’ai lu pour mon mémoire, et je ne regrette pas mon choix. Beaucoup d’érudition, mais tout en restant accessible à tous. Ce petit roman est une perle que je conseille à tous les fans de mythologie.

Titre (français) : Médée la magicienne (ISBN : 9782092826232)
Auteur : Valérie Sigward

Nombre de parties : 4 (prologue inclus)
Nombre de chapitres (au total) : 14
Nombre de pages : ~125

Personnages :Médée, Phrixos, Jason, Aétès, Orphée, Pélias et ses filles, Glaucé, Créon.

Résumé

Prologue : L’arrivée de la Toison d’or en Colchide
Phrixos est accueilli et réconforté par Médée quand il arrive sur le sol de Colchide. Sa sœur est tombée dans la mer, alors que le bélier à la toison d’or les aidait à fuir.

Partie I : Jason arrive en Colchide
Jason veut récupérer la Toison d’or pour la ramener à son oncle à Iolcos. Aétès le soumet à 3 épreuves : dompter deux taureaux aux sabots d’airain, labourer un champ pour y planter des dents de dragon qui donneront naissance à des soldats de le Terre, et enfin récupérer la Toison d’or en affrontant le gardien : un dragon. Après discussion avec Orphée à son retour sur Argo, Jason part profiter de l’air frais pour réfléchir. Il rencontre Médée qui lui offre un onguent pour se protéger du souffle de feu des taureaux, et une pierre magique pour détourner l’attention des squelettes.  Elle lui propose aussi d’endormir le dragon. Jason lui propose de l’épouser, mais on comprend bien que Médée force les choses en trahissant son pays.
Jason ne connaît son prénom que le lendemain, quand il accomplit toutes les épreuves donnant naissances aux soldats de la Terre. Orphée et d’autres soldats sont dans les parages pour le sauver si besoin est. Après cela, Jason doit aller seul dans les bois où habite le dragon. C’est là que Médée endort le dragon pour lui permettre de prendre la toison.
Le couple s’enfuit vers Argo pour prendre la route d’Iolcos.

Partie II : Arrivée à Iolcos
Médée utilise sa magie pour se transformer en vieille femme. La ville est interdite aux étrangers, car le roi Pélias a peur du retour de Jason. Elle montre à ses filles comment rajeunir un agneau : elle prépare un chaudron avec des ingrédients plus effrayants les uns que les autres, puis elle récite des incantations. Médée explique qu’il faut le sang du roi lui-même pour le rajeunir. Ainsi, les deux filles tuent leur père dans l’espoir de lui redonner vitalité et santé.
Le lendemain, la cité est ouverte aux étrangers et Jason va au palais avec sa femme Médée. C’est le fils aîné de Pélias qui les accueille et les exilent de la ville. Médée est démasquée.

Partie III : Médée à Corinthe
La paix sur le couple revient jusqu’au moment où Jason veut épouser Glaucé : il veut donner un rang plus noble à ses enfants actuels et futurs. Médée l’apprend de la bouche de Créon, roi de Corinthe et père de Glaucé. Médée entre dans une rage qui n’explosera qu’à la toute fin de l’histoire. Elle prépare soigneusement sa vengeance : alors qu’elle a tout fait par amour, Jason lui oublie leurs crimes et s’en lave. La demande d’exil est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Les enfants de Médée et de Jason apportent le fameux cadeau de mariage à Glaucé. Jason revient avec les enfants, le soir, pour essayer d’arrêter Médée. Mais à la fin de leur dispute, Médée lui dit qu’elle va lui voler ce qu’il a de plus cher, et s’enferme avec ses enfants. Jason hurle et tambourine à la porte pour empêcher les meurtres, mais sans effet.
Pendant ce temps, le palais s’enflamme à cause des cadeaux de mariage. Glaucé et Créon meurent brûlés pendant que Médée et les cadavres de ses enfants s’envolent sur le char du Soleil.

Mon avis

Ce livre est vraiment une surprise : en le refermant, on a du mal à déclarer Médée coupable. L’auteur a réussi à créer l’ambiguïté en tissant une nouvelle image de Médée : Ovide, Euripide et Sénèque sont convoqués pour actualiser le mythe. Le style n’est ni trop simple ni trop complexe, et on lit ce petit roman comme un roman pour adultes.
Le petit truc sympa : Orphée est présent du début à la fin de l’histoire, et dans le chapitre final Jason part avec un vieil ami dont on ne connaîtra pas l’identité. Placer Orphée dans le même texte que Médée est vraiment très intéressant, d’autant plus qu’ils ne se parlent jamais.
Pour finir l’auteur a su montrer l’évolution de la personnalité de Médée. Le prologue est vraiment étonnant quand on voit ce que finit par faire Médée par amour.

Note : https://i1.wp.com/www.anassete.org/images/site/3.gif

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :